Portait du Parisien à l’occasion du forum de rentrée 2017 sur l’intelligence relationnelle

Cette psychiatre aide les habitants de Malakoff à mieux vivre ensemble

Accueil > Île-de-France & Oise > Hauts-de-Seine > Malakoff

Anthony Lieures | 15 septembre 2017, 15h06

Malakoff, mercredi. Fondatrice d’un collectif, Patricia Joly, psychiatre, travaille sur l’émancipation individuelle, notamment des enfants à l’école.

Très impliquée dans la vie locale, Patricia Joly organise un week-end entièrement dédié au développement personnel. Avec l’objectif d’améliorer les relations entre les personnes à la maison, à l’école, ou dans la vie de tous les jours.

« L’émancipation individuelle », la « pédagogie positive », « l’intelligence relationnelle »… Des mots qui pourraient vous paraître un peu barbares, mais que Patricia Joly, psychiatre implantée à Malakoff, souhaite mettre à la portée de tous. Avec un objectif : que les gens apprennent « à mieux se connaître »… Pour mieux accepter les autres.

Ce week-end*, son collectif « Viv’Ensemble » organise son premier forum destiné à améliorer les relations entre les parents et les enfants à la maison, entre les élèves et leurs profs à l’école, ou dans la vie de tous les jours. Durant deux jours, de nombreux ateliers gratuits et conférences viseront à aider les participants à mieux gérer le stress, leurs colères ou angoisses…

Ce collectif est né quelques semaines avant les attentats de janvier 2015 à Paris… Mais il a rapidement trouvé sa place, bien malgré lui, dans ce moment de trouble, notamment dans les écoles. « Le contexte était explosif, se souvient la médecin. Après ce qui s’est passé à Charlie, il y avait de nombreux débats sur les caricatures, le voile… En voyant que les djihadistes avaient grandi ici, beaucoup se sont aussi tournés vers l’école et les profs, en leur demandant : qu’avez-vous appris à ces jeunes ? Il y avait une pression énorme sur eux. »

Elle a dessiné avec Charb

Une période qui a également marqué intimement Patricia Joly, 44 ans, originaire de Pontoise (Val-d’Oise), où elle a notamment côtoyé au collège un certain… Stéphane Charbonnier, alias Charb. Elle avait dessiné elle aussi dans « la Griffe », ce journal du collège où Charb fit ses premiers pas à la fin des années 1980.

« Ce qui s’est passé m’a fait réfléchir, revenir en arrière, recontacter mon ancienne prof d’histoire géographie, qui avait énormément d’énergie (NDLR : c’est elle qui avait fondé ce journal) », raconte-t-elle. Avec le souvenir d’un temps où l’école donnait « beaucoup plus de place » à la créativité des élèves, estime-t-elle. « Nous étions très libres, on nous ouvrait énormément à l’esprit critique. Moi, je me suis éclatée ! »

Après la réforme des rythmes scolaires, son collectif a notamment été chargé de mettre en place des formations pour les directeurs de centre de loisirs à Malakoff, ou encore les animateurs. « Ce sont des outils de formation à la communication non-violente, à la gestion du stress et au bien-être », explique-t-elle. En utilisant aussi des techniques comme la sophrologie, le yoga ou le chi kung, cette gym chinoise qui fait travailler la respiration. « Ce sont des méthodes que certains enseignants pouvaient utiliser jusqu’aux années 1980 », rappelle-t-elle. Rêvant de pouvoir les remettre au goût du jour.

*Samedi et dimanche de 9 h 30 à 18 heures à la maison des associations de Malakoff. Plus d’infos sur vivonsensemble.frleparisien.fr

Laisser un commentaire